la video culte vendue aux encheres pour 760 000 dollars - la vidéo-culte vendue aux enchères pour 760 000 dollars

la vidéo-culte vendue aux enchères pour 760 000 dollars

e98fb1d 310335035 annotation 2021 05 24 185306 - la vidéo-culte vendue aux enchères pour 760 000 dollars

” Charlie m’a mordu ! » (« Charlie m’a mordu ») : en 2007, une famille filme une scène innocente entre frères, sans se douter que la vidéo deviendra l’une des plus regardées de la Toile. Quatorze ans plus tard, les collectionneurs de NFT (jetons non fongibles, « jetons non fongibles ») se la sont arrachée pour près de 761 000 dollars (623 000 euros).

La vidéo, intitulée « Charlie Bit My Finger », visionnée 883 millions de fois sur YouTube, a été vendue par la famille Davies-Carr, dimanche 23 mai, lors d’une mise aux enchères à destination du marché des NFT.

Ces jetons non fongibles permettent d’associer un certificat d’authenticité à tout objet virtuel, qu’il s’agisse d’une image, photo, animation, vidéo, morceau de musique ou même un article de presse. Ce certificat est théoriquement inviolable et ne peut pas être dupliqué. Il est conçu grâce à la technologie dite de la blockchain, qui sert de base aux cryptomonnaies comme le bitcoin.

Lire aussi : Frimeurs ou spéculateurs, qui sont les acheteurs de NFT, ces œuvres virtuelles qui s’arrachent à prix d’or ?

Dans cette vidéo longue de cinquante-cinq secondes, on peut voir un jeune enfant britannique nommé Harry tenir son petit frère, Charlie. La scène tourne – relativement – au drame quand le premier met son index dans la bouche du bébé et que, à sa grande surprise, ledit Charlie ferme abruptement sa mâchoire. Harry sort alors les deux répliques qui ont fait le succès de la vidéo : « Aïe Charlie » et « Charlie, ça m’a vraiment fait mal », pendant que son petit frère explose de rire.

590 000 dollars pour une vidéo de chat-gâteau-arc-en-ciel

Même si ce chef-d’œuvre d’Internet des années 2000 est l’une des vidéos les plus populaires de l’histoire de YouTube, elle sera bientôt retirée de la plate-forme. Les Davies-Carr avaient en effet annoncé qu’ils la supprimeraient après la vente de dimanche, déclarant que le vainqueur des enchères deviendrait « le seul propriétaire de cette adorable tranche de l’histoire d’Internet ». Et ce, même si la vidéo a bien sûr été copiée, partagée et republiée de nombreuses fois sur le Web.

Lors de la vente aux enchères, onze comptes ont fait une offre, mais deux utilisateurs en particulier se sont renvoyé la balle, « mememaster » et « 3fmusic », ce dernier emportant la mise avec une offre de 760 999 dollars.

Collectionner les NFT est une tendance dont la popularité a explosé l’année passée. Deux milliards de dollars ont changé de mains sur ce marché au seul premier trimestre 2021, selon le site spécialisé NonFungible.com. Les vidéos, mèmes, gifs et photos les plus virales des débuts d’Internet de masse sont particulièrement recherchés.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Les NFT, des œuvres virtuelles parfois cotées au-delà du réel

En mars, le patron et fondateur de Twitter, Jack Dorsey, a vendu son premier tweet (datant de 2006) pour 2,9 millions de dollars à un homme d’affaires établi en Malaisie. Le mois précédent, « Nyan Cat », une vidéo animée d’un chat en forme de gâteau, au corps arc-en-ciel et volant sur un fond de musique entêtante, avait été vendue pour 590 000 dollars à un acheteur anonyme.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *