Jean Castex confirme un nouveau projet éolien maritime au large de la Normandie


En visite ministérielle dans le département de la Loire-Atlantique, le premier ministre Jean Castex a confirmé, samedi 28 août, le souhait du gouvernement de lancer un nouveau projet éolien en mer, à côté du projet existant au large de Barfleur en Normandie.

Le gouvernement, en s’appuyant notamment sur l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer), « va lancer très vite un nouveau programme d’étude consacré aux environnements marins », a ainsi expliqué M. Castex, depuis le chantier du parc éolien en mer de Saint-Nazaire. Ce nouveau projet, doté de 50 millions d’euros, « inclura un nouvel observatoire national de l’éolien en mer, qui permettra notamment de mettre à disposition de tous la synthèse des connaissances scientifiques disponibles sur les effets des parcs éoliens en mer sur la biodiversité », a-t-il également détaillé.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La vague de l’éolien en mer renverse la transition énergétique

« Il y a eu un débat public, qui a été conduit en Normandie en 2019 et en 2020, qui a permis d’identifier une zone au large de Barfleur, à 32 km des côtes », avait détaillé Matigon, vendredi, expliquant que le gouvernement souhaitait désormais « étudier une extension de ce premier projet, dans la même zone, juste à côté », avec pour objectif de « mutualiser certains équipements et notamment le raccordement ». Une saisine de la CNDP (Commission nationale du débat public) est prévue « dans les prochains jours » concernant ce nouveau projet, avait aussi fait savoir la même source.

Etre « à la hauteur du défi climatique »

Le premier ministre, la ministre de la transition écologique, Barbara Pompili, et la ministre déléguée chargée de l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, ont visité, samedi, le chantier du parc éolien en mer de Saint-Nazaire. Il deviendra, en 2022, le tout premier site offshore mis en service en France, par ailleurs très en retard dans ce secteur. Le parc de Saint-Nazaire, dont le chantier a été lancé en novembre 2019, comprendra 80 éoliennes qui permettront d’alimenter l’équivalent de 20 % de la consommation électrique de Loire-Atlantique.

M. Castex a également présenté des appels d’offres destinés à amplifier le développement des énergies renouvelables, insistant sur la volonté du gouvernement d’être « à la hauteur du défi climatique ». Il faut « accélérer la transition écologique » et avancer dans le « développement massif des énergies renouvelables », a-t-il ainsi déclaré.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Eolien en mer : le premier parc français sera raccordé en 2022

« Le gouvernement lance sept nouveaux appels d’offres pour amplifier ce développement. Les premières périodes de candidature ouvriront dès octobre prochain », a annoncé M. Castex. « Au cours des cinq prochaines années, plus de 25 milliards d’euros d’investissements vont être ainsi réalisés dans les énergies renouvelables, permettant de soutenir plus de 25 gigawatts de nouvelles capacités de production solaire, éolienne terrestre et hydroélectrique », a-t-il poursuivi, notant que « 25 gigawatts, cela représente près de 10 % de notre consommation d’électricité ».

L’énergie solaire, « axe prioritaire »

« J’invite donc l’ensemble des filières d’énergies renouvelables à se mobiliser dès aujourd’hui pour échanger avec les acteurs locaux et nous proposer des projets de qualité », a souhaité le chef du gouvernement, expliquant que « deux-tiers » des investissements concernés « seront réalisés sur l’énergie solaire, qui constitue l’axe prioritaire de notre stratégie en matière d’énergie renouvelable électrique ».

Article réservé à nos abonnés Lire aussi Energie solaire : la filière dénonce « un passage en force » du gouvernement

Ces appels d’offres « doivent aussi permettre de réaliser des projets d’éolien terrestre, dans les endroits où nous pouvons les réaliser », a-t-il complété. Mais « plus que l’éolien terrestre, c’est le développement des parcs éoliens en mer qui doit constituer, après le solaire, le deuxième axe prioritaire de notre stratégie en matière en matière d’énergie renouvelable », a développé Jean Castex.

Le Monde avec AFP



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *