Des frappes sur une base aérienne tuent plus de 30 combattants au Yémen


Des frappes visant la plus grande base aérienne du Yémen ont tué plus de 30 combattants progouvernementaux et blessé plus d’une cinquantaine d’autres personnes dimanche 29 août, selon un nouveau bilan établi par des sources militaires et médicales loyalistes.

« Plus de 30 personnes ont été tuées et au moins 56 personnes blessées » dans l’attaque sur Al-Anad (sud), a déclaré à l’Agence France-Presse (AFP) Mohammed Al-Naqib, un porte-parole des forces armées. Une source médicale militaire a confirmé le bilan, revoyant à la hausse un précédent bilan de sept morts.

Lire aussi Yémen : 90 morts lors de nouveaux combats meurtriers entre les forces gouvernementales et les houthistes à Marib

Aucune revendication

Aucune partie n’a pour l’heure revendiqué l’attaque, mais les forces militaires progouvernementales accusent les rebelles houthistes d’en être les responsables.

En 2019, les houthistes avaient revendiqué une attaque spectaculaire de drone visant la base d’Al-Anad lors d’une parade militaire loyaliste. Au moins six personnes avaient été tuées, dont un haut responsable des renseignements.

Al-Anad, située à 60 kilomètres au nord de la ville d’Aden, avait servi avant la guerre à l’armée américaine pour traquer les djihadistes d’Al-Qaida.

La guerre au Yémen oppose depuis 2014 les forces du gouvernement, appuyées par une coalition militaire menée par l’Arabie saoudite, aux rebelles houthistes soutenus par l’Iran. Le pays vit depuis la pire catastrophe humanitaire au monde selon l’Organisation mondialedes Nations unies (ONU), avec des dizaines de milliers de morts, d’après des associations, et une population au bord de la famine.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi La bataille de Marib au Yémen, déterminante pour les belligérants et cauchemar pour la population

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *