Antoine Griezmann retourne à l’Atlético Madrid


Changement de dernière minute pour Antoine Griezmann, mardi 31 août 2021.

Revirement de dernière minute au dernier jour du mercato. L’international français Antoine Griezmann retourne à l’Atlético Madrid après deux saisons au FC Barcelone, dans les dernières heures du marché des transferts mardi 31 août, selon L’Equipe.

Le coup de billard à trois bandes s’est joué après minuit, après la clôture officielle du marché des transferts : Saul Niguez a été prêté par l’Atlético Madrid à Chelsea, ce qui a libéré une place pour Griezmann chez les Madrilènes, pour un prêt d’une saison assorti d’une année supplémentaire en option, ont annoncé les deux clubs. L’accord comporte une obligation d’achat au terme de la deuxième saison, estimée à 40 millions d’euros par les médias espagnols. Troisième bande, « Grizou » a lui-même libéré une place pour l’attaquant de Séville Luuk de Jong au Barça.

Lire aussi Antoine Griezmann, un couac marketing qui coûte (déjà) cher

C’est un nouveau coup de tonnerre dans le marché estival, après la signature de Leo Messi (FC Barcelone) au Paris-Saint-Germain et un autre retour spectaculaire, celui de Cristiano Ronaldo à Manchester United.

Le meneur des Bleus, 30 ans, transféré deux ans plus tôt pour 120 millions d’euros, retourne dans le club où il a explosé et dont il a porté cinq saisons le maillot (2014-2019).

Actuellement avec l’équipe de France pour la fenêtre internationale de septembre, Griezmann a géré son transfert depuis Clairefontaine, avant de s’envoler vers Strasbourg mardi pour y affronter la Bosnie mercredi (20 h 45) dans le cadre des qualifications pour le Mondial-2022 au Qatar.

Une troisième superstar perdue pour le FC Barcelone

Le champion du monde n’a que rarement montré avec les « Blaugrana » le niveau qu’il avait affiché avec les « Colchoneros ». Dans l’ombre de Lionel Messi, il n’a jamais trouvé sa place, et n’a offert que de brefs aperçus de son talent.

Lire aussi Antoine Griezmann au FC Barcelone, un transfert qui coûte cher

Il a aussi vécu deux déroutes en Ligue des champions, 8-2 en quart de finale contre le Bayern Munich à l’été 2020, puis 4-1 contre le Paris-Saint-Germain au Camp Nou en 8e de finale cette année. En deux saisons au Barça, Griezmann n’a gagné qu’une Coupe du Roi (2021).

Après Luis Suarez, parti l’été dernier pour rejoindre lui aussi l’Atlético, après Lionel Messi, parti libre au PSG il y a trois semaines, le FC Barcelone, lourdement endetté, a perdu en l’espace d’un an une troisième superstar.

Lire aussi Football : le bilan en demi-teinte d’Antoine Griezmann à l’Atlético de Madrid

Il s’agit de la plus grosse opération de ce bouillant dernier jour du marché des transferts estival pour les Catalans, qui ont tout fait pour dégraisser leur effectif et libérer de la masse salariale.

Un retour tendu

Son retour dans la capitale espagnole s’annonce tendu : pour sa première au Wanda-Metropolitano, le 1est décembre 2019, « Grizou » avait été sifflé et hué à chaque touche de balle, et les supporteurs rojiblancos avaient déployé une banderole « Tu as voulu te faire un nom, mais tu as oublié d’être un homme ».

Le 14 juin 2018, juste avant de décrocher la deuxième étoile pour la France au Mondial en Russie, Griezmann avait annoncé dans un documentaire intitulé La Décision qu’il allait rester à l’Atlético… puis un an plus tard, il avait refusé de se présenter à l’entraînement et avait fini par quitter la maison « rojiblanca » après cinq années de service. Un revirement vécu comme une trahison par les supporteurs.

Deux ans après le départ du Français, cependant, peu de choses ont changé à l’Atlético, où la stabilité règne en maître : l’entraîneur-totem Diego Simeone est toujours là, et l’Argentin apprécie toujours autant le sens du jeu et du sacrifice collectif du « Petit Prince » tricolore.

Avec ce renfort de poids, l’Atlético Madrid, champion d’Espagne en titre, met un point d’exclamation final à un mercato estival bien négocié. Les Colchoneros aligneront un front offensif redoutable, entre les recrues Rodrigo de Paul et Matheus Cunha, le « Pistolero » uruguayen Luis Suarez, déjà subtilisé au Barça l’été dernier, et d’autres gros talents comme Angel Correa, Joao Felix, Marcos Llorente ou Yannick Carrasco. Le club s’affirme comme un prétendant sérieux au doublé en championnat, voire même à un candidat plus que crédible en Ligue des champions.

Le Monde avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *