Nouveaux groupes Shimano Dura-Ace et Ultegra 12 vitesses


Par Guillaume ROBERT
le mardi 31 août 2021 – Actualité

– Cet article a été lu 15981 fois. Commentaires : 22 .

Surprise ! Et oui, Shimano ne présente pas un, mais deux nouveaux groupes. Habituellement, le Dura-Ace est la transmission qui inaugure les nouvelles technologies, suivi l’année suivante pas l’Ultegra.

Mais cette année, pour son centenaire, la marque nipponne lance le nouveau Dura-Ace R9200 et l’Ultegra R8100 la même année. Une stratégie qui évitera aussi sans doute l’arrêt des ventes de vélos en Ultegra (quand on en trouve) puisque tous les amateurs passionnés n’ont pas toujours les moyens de s’offrir la Rolls Dura-Ace et savent que l’Ultegra suit de près son aîné.

Au menu de ces nouveaux groupes, 12 vitesses donc, disponibles en freins à disques ou patins et uniquement en versions électroniques. Mais ce serait une erreur de penser que Shimano n’a fait que rajouter un pignon. L’ergonomie a été revue, de même que la possibilité de personnalisation, des changements de vitesses sans fil – en partie – plus rapides et un freinage plus silencieux.

Ils se seront fait attendre ces nouveaux groupes Shimano. Il y a 7 ans déjà, j’avais proposé un poisson d’avril au sujet d’un groupe Dura-Ace 12 vitesses testé au sein de la FDJ 🙂

Depuis près d’un an, vous êtes nombreux à m’écrire pour me demander des infos à leur sujet. mais embargo oblige, je n’ai rien pu dire, bien que je possède la plupart des infos depuis le mois de janvier. Mais votre patience est enfin récompensée… et plutôt deux fois qu’une, avec deux nouvelles transmissions.

En guise d’introduction, voici un petit teasing !

Toutes les informations ci-dessous sont issues des données fournies par Shimano. Bien sûr, je vous ferai un retour rapide après essai puisque j’ai reçu un vélo équipé du tout dernier groupe Shimano Dura-Ace R9200 et des nouvelles roues, ce qui me permettra de vous donner un avis complet après plusieurs semaines d’essai.

Une nouvelle plateforme Di2

Ces deux groupes inaugurent une toute nouvelle plateforme Di2 qui se veut encore plus fiable mais aussi plus rapide, puisque Shimano annonce une changement de pignon amélioré de 58% et un changement de plateaux plus rapide de 45% Déjà que Shimano n’était pas à la traîne sur ces deux points, les changements de vitesses devraient se faire en un éclair.

Si SRAM a été le pionnier du sans fil, Shimano a préféré prendre son temps… et finalement, opter pour une solution hybride, avec des leviers de changements de vitesses sans fil sur les versions pour freins à disques (avec une batterie CR1632 prévue pour durer plus d’un an et demi), tout en conservant des dérailleurs filaires avec une seule grosse batterie intégrée dans le cadre, pour conserver une plus grande autonomie. Reste une petite déception, puisque lorsque ces groupes m’ont été présentés fin mars, il a été annoncé une autonomie de “seulement” 1000km, là où les groupes Di2 actuels offrent une durée de pas moins de 4/5000km sur une seule charge. Une baisse d’autonomie liée à l’absence de fil entre la batterie et les leviers, ce qui implique un système toujours en veille en attente de réception de signaux.

Pour ceux qui opteront pour des groupes pour freins à patins en revanche, il y aura des fils entre les leviers et la batterie.

Espérons que cette annonce de 1000km soit “dans le pire des cas”.

Shimano indique que cette donnée est obtenue avec une distance de 45km/jour, un temps de roulage de 2h/jour, avec 54 changements de plateaux avant et 370 changements de pignons. Test réalisé sous les 25°C.

Pour bénéficier de toutes les nouveautés de cette plateforme Di2, tout se passera dans la nouvelle version de l’application eTube Project v4.04 qui bénéficie au passage d’une interface visuelle entièrement revue rendant l’utilisation de l’application beaucoup plus conviviale.

Ces nouveaux groupes Di2 intègrent le protocole de transmission ANT+, de sorte qu’il est désormais possible d’afficher des données relatives à la transmission Di2 comme ci-dessous sur son compteur sans nécessité de rajouter un émetteur optionnel.

Une ergonomie revue

Il n’a échappé à personne que depuis quelques années, de plus en plus de coureurs rentrent les leviers vers l’intérieur du cintre. Partant de ce constat, Shimano a donc revu l’ergonomie de ses leviers. Pas de manière exagérée, on ne verra pas les nouveaux leviers rentrer autant, mais en douceur. Shimano a collaboré avec de nombreux professionnels pour étudier ces changements. Pour grimper, sprinter ou défier le chrono, Shimano a trouvé un équilibre entre confort, design et gains aérodynamique avec une ergonomie inégalée.

Les nouveaux leviers/manettes hydrauliques sans fil 12 vitesses sont désormais dotés de repose-mains plus hauts de 4.6mm, légèrement incurvés vers l’intérieur et plus d’espace entre le cintre et la manette pour offrir de nouveaux niveaux de confort et de contrôle. Cela permet une prise en main améliorée sur le haut des manettes, et une prise en main à trois doigts derrière les leviers, tout en offrant un accès aisé aux manettes depuis le bas du cintre

Un autre changement a été apporté au niveau des palettes des commandes Di2, celles-ci sont plus décalées (1.5mm environ) pour mieux les différencier et faciliter ainsi les changements de vitesse, en particulier avec des gants ou les doigts mouillés.

De nouveaux boutons satellites font aussi leur apparition et s’intègrent encore mieux, comme par exemple dans le nouveau cintre Pro Vibe EVO.

12 vitesses

Après SRAM et Campagnolo, Shimano ne pouvait faire l’impasse sur un 12ème pignon. Mais on ne savait pas encore si le géant nippon resterait sur des développements traditionnels ou opterait pour un petit pignon de 10 dents en départ.

On a désormais la réponse, Shimano estime qu’un départ de cassette en 11 dents est largement suffisant. 3 cassettes seront proposées :

  • 11-28 : 11-12-13-14-15-16-17-18-19-21-24-28 (uniquement en Dura-Ace)
  • 11-30 : 11-12-13-14-15-16-17-19-21-24-27-30
  • 11-34 : 11-12-13-14-15-17-19-21-24-27-30-34

La nouvelle cassette Dura-Ace 12 vitesses Hyperglide+ possède toujours le pignon de 11 dents mais a été encore optimisée au niveau des dentures les plus utilisées entre les 6ème, 7ème et 8ème pignons pour respecter ce qui est la marque de fabrique de Shimano, c’est-à-dire un étagement fluide et progressif

Combiné à un changement de vitesse rapide et sans à coup grâce à l’astucieux profil en rampe de la cassette, cela permet des changements de vitesse plus fluides, même en cas de forte charge, que vous montiez ou descendiez la cassette.

Les cassettes sont dotées d’un nouvelle construction à cannelures, qui est également rétrocompatible avec les corps de roue libre 11 vitesses DURA-ACE R9100, ce qui signifie que les nouveaux composants DURA-ACE R9200 peuvent être utilisés sur les anciennes roues de la série R9100.

Côtés plateaux, on trouvera du 50×34, 52×36 et 54×40 (uniquement Dura-Ace).

Au regard de cette fiche technique, la seule chose qui interpelle, c’est que les coursiers costauds qui veulent de gros plateaux devront obligatoirement se tourner vers du Dura-Ace !

Capteurs de puissance

Le capteur de puissance Shimano Dura-Ace (FC-R9200-P) a été revu et propose désormais, dixit la marque, une précision de +/- 1.5%, ce qui le rend compétitif par rapport à la concurrence. Les défauts qui ont pu toucher les premières versions semblent désormais résolus.

Mais la grosse nouveauté, c’est l’arrivée d’un pédalier capteur de puissance FC-R8100-P) au niveau inférieur qu’est l’Ultegra. Le pédalier FC-R8100-P offre jusqu’à plus de 300heures d’autonomie grâce à une batterie Li-ion intégrée, étanche et rechargeable.

Les données sont fournies par les jauges de contrainte exclusives de Shimano présentes sur les deux bras de manivelle. Les capteurs de puissance ULTEGRA utilisent les technologies Bluetooth et ANT+ pour transmettre les données.

Ce pédalier est affiché à 1199.99€ au lieu 319.99€ pour la version sans capteur. Un surplus de 800€ donc.

Des freins à disques revus

S’il y avait un point que Shimano devait absolument améliorer, c’était le freinage à disque, car c’était définitivement le point noir. Si Campagnolo et SRAM parviennent quasiment à éliminer les bruits parasites en cas de freinage long et violent, ce n’était pas le cas de Shimano, même sur le très haut de gamme Dura-Ace.

Les nouveaux freins Shimano offrent un contrôle plus précis dans les virages les plus serrés, les plus rapides et les plus agressifs que l’on trouve dans les courses sur route. Avec l’ajout de la technologie SERVO WAVE aux leviers de freins, tirée des systèmes de freinage Shimano VTT et Gravel, les coureurs disposent d’une course de levier plus courte pour atteindre plus rapidement le point de contact entre les plaquettes de frein et les disques. Ceci permet une plus grande douceur ou modulation des freins, se traduisant par plus de vitesse et plus de confiance dans les portions techniques.

De plus, la réduction du bruit des freins a été améliorée grâce à une augmentation de 10 % de l’espace entre les plaquettes et le disque et à l’adoption des disques Shimano RT-MT900. Le résultat est un système plus silencieux, obtenu grâce à une déformation thermique moindre du disque et à moins d’interférences temporaires entre la plaquette et le disque.

Il est désormais possible de purger le frein sans retirer l’étrier (BR-R9270) du cadre grâce à une vis de purge et une vis de valve dissociés. Un nouvel entonnoir et une nouvelle cale de purge contribuent également à améliorer le processus de purge.

Esthétique

Comme depuis longtemps, les groupes Dura-Ace et Ultegra se suivent et se ressemblent. Sur cette nouvelle version, seul le coloris change, noir brillant pour le Dura-Ace et anthracite mat pour l’Ultegra. Peu de différences en termes de couleurs donc. Pour ma part, je regrette le temps où les séries Dura-Ace mêlaient noir et aluminium usiné, c’était du plus bel effet et cela faisait une réelle distinction avec le petit frère Ultegra.

Mais c’est sans doute une volonté de Shimano de rendre ces deux groupes si proches esthétiquement, puisqu’ils sont aussi très proches technologiquement. ON le voit ci-dessous avec le pédalier Dura-Ace et le pédalier Ultegra.

Shimano conserve pour le pédalier le concept à 4 branches. Le Dura-Ace semble avoir des lignes plus acérées au contraire de l’Ultegra qui semble se faire plus doux, un peu plus dans la rondeurs, mais peut-être est-ce dû aux reflets générés par le coloris brillant du Dura-Ace. Ce sera à confirmer de visu.

Au niveau des dérailleurs, peu de différences esthétiques là-encore. Ils fonctionnent sur le même principe et les moteurs sont un peu plus compacts que la génération précédente. Un tour de force puisque ces derniers semblent encore plus rapides.

Ci-dessous, quelques photos du dérailleur avant et du dérailleur arrière, avec en comparaison le Dura Ace et l’Ultegra. Il est clair que les deux gammes sont de plus en plus difficiles à différencier.

Disponibilité

Les deux nouveaux groupes seront disponibles dès le mois d’octobre 2021, que ce soit au détail dans les magasins ou sur les nouvelles gammes de vélos.

Mon avis

Esthétiquement, pas de révolution, Shimano reste fidèle à l’utilisation massive de l’aluminium, même pour les pédaliers. Une technologie qu’il maîtrise depuis des décennies et qui permet d’obtenir des pièces légères et très rigides…. tout en étant recyclable.

Plus que l’arrivée d’un 12ème pignon, presque anecdotique car tout le monde sait rajouter un pignon, on notera le gros travail de Shimano pour améliorer à la fois l’ergonomie et la rapidité de son système.

Vous voulez plus de détails ?

Retrouvez dès demain toutes les informations notamment sur les poids et tarifs de ces groupes grâce aux articles spécifiques à chaque groupe ci-dessous :


Crédit photos : Irmo Keizer / Andreas Dobslaff – Shimano

Source : communiqué de presse



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *