PREVIEW de Call of Duty: Vanguard, nouveau plaisir coupable ou vraie révolution ?


L’éditeur américain a pensé à nous pour tester la dimension multijoueur de Call of Duty : l’Avant-garde. C’est avec notre plus beau treillis militaire que nous avons rejoint les rangs. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour qu’Activision fasse retentir la sonnette de l’assaut. Et nous voilà partis pour un peu plus de 2h30 de jeu sur un panel de modes et de cartes relativement variés. Une session qui a eu le mérite de mettre en valeur les petits plus que Jeux de marteau nous a concoctés.

Avec Vanguard, Sledgehammer Games valide plutôt les acquis des derniers opus en date.

Call of Duty Vanguard 1Et forcément, entendre parler de nouveautés sur Appel du devoir ça fait toujours rêver. C’est donc avec des yeux pleins d’innocence que nous avons abordé le premier gros morceau de cette Aperçu, un certain mode Patrouille. Il faut admettre qu’il porte plutôt bien son nom puisque le but du jeu est de faire une ronde sur la carte en accompagnant une zone mouvante. C’est la capture de cette fameuse zone qui vous donne vos points durement gagnés. Car la simple patrouille se transforme très vite en escarmouche bien vénère. Très proche du mode Point Stratégique dans le principe, nous y avons vite retrouvé les us et coutumes de ce dernier. Peu importe la carte, c’est le festival de la grenade dès que nous approchons de la zone chaude. Le fait qu’elle soit persistante et suive un chemin prédéfini rend toutefois le mode Patrouille plus intéressant que son équivalent que nous connaissons bien. Il n’y a pas de temps morts à déplorer ici, pas plus que de défenses solides à installer autour de l’objectif. Les deux parties que nous avons pu disputer ont été un charnier où la zone de patrouille passait régulièrement d’une équipe à l’autre. Nous doutons fortement qu’au bout du compte le mode Patrouille détrône les incontournables Matchs à mort en équipe et Domination. À nos yeux, ce nouveau type de partie a pourtant autant de potentiel et d’actions frénétiques que ce dernier.

Ces échanges musclés nous ont aussi permis de jeter un coup d’œil à la nouvelle génération de Plans en approche. De très bonnes cartes pour la plupart, dont le conception de niveau fait honneur au savoir-faire de la série. Une qualité qui s’est vue renforcée cette année par un paquet d’environnements destructibles. Nous connaissions déjà les portes à ouvrir ou à défoncer, mais cette fois-ci ce sont des passages entiers qu’il est possible de dégager pour s’offrir une nouvelle voie ou de nouvelles opportunités de tir. La carte Hôtel Royal est l’exemple qui nous a le plus frappés. Le centre de cette carte est divisé en plusieurs pièces de petite taille. Au début, elle favorise le combat à courte et moyenne portée, mais les murs fragiles de tardent pas à s’effondrer à cause des nombreux tirs et explosifs qui volent à travers la carte. Ce n’est qu’après cela que Hôtel Royal montre son vrai visage : de longs couloirs où les fusils de sniper sont rois. Avec ce côté bac à sable vient forcément un aspect stratégique auquel il faut s’adapter. Il faut cependant avouer qu’à moins de jouer en équipe, le champ de bataille peut vite se transformer malgré vous. Du reste, même si c’est une bonne nouvelle pour Avant-garde et une première pour la série, nous ne pouvons pas sortir le champagne pour une fonctionnalité que son concurrent le plus direct a mis au point depuis des lustres.

L'avant-garde de l'appel du devoirCela reste ceci dit la plus grosse évolution que ce nouveau Appel du devoir nous ait présentée. Ça, et le nouveau système de rythme mis en place. En gros, vous pourrez choisir entre trois dynamiques différentes qui influenceront le nombre de joueurs dans la partie. Celle surnommée Tactique correspond grosso modo aux matchs classiques qui voient s’affronter deux équipes de six joueurs. Assaut vous fait pour sa part vivre une expérience plus musclée qui peut rameuter jusqu’à 28 joueurs. Blitz est volontairement chaotique vu que 48 personnes peuvent se réunir sur les plus grandes Plans. Sur le papier le choix et simple et concerne avant tout le jumelage. Nous avons tout de même été agréablement surpris de voir les cartes se transformer selon l’affluence. Masse a eu, selon nous, la bonne idée de ne pas adapter les dimensions de ces champs de bataille au nombre de participants. Ainsi, une carte comme étoile rouge, très grande et très passive en petit comité, devient une carte vivante avec une ligne de front bien définie. Pour ce qui est d’Nid d’aigle ou de Hôtel Royal en revanche, l’action nous parait limite anarchique, mais ce n’est pas pour nous déplaire.

Et voilà, le tour du propriétaire est déjà fini. Nous ne vous faisons pas visiter chaque pièce parce que vous les connaissez déjà sans même les avoir vues. Call of Duty: Vanguard est fidèle à sa série en nous proposant un jeu dépourvu de toutes surprises. Pour ce qui est des sensations, il faut se tourner vers Guerre moderne ou Guerre froide, qui reprenait lui aussi la prise en main de l’épisode d’Protection de l’infini. Cette version Aperçu nous a donné l’impression de jouer à l’un de ces titres avec une ambiance Seconde Guerre mondiale greffée par-dessus. Les similitudes se poursuivent jusque dans les menus où Vanguard se montre très généreux pour ce qui est de la personnalisation de notre pétoire. Nous ne pouvons pas en dire autant pour ce qui est des Séries d’Éliminations et des Améliorations de Combat, là encore très classiques.

Nos premières impressions : Bon.

Preview Premieres Impressions Apercu Jauge Avis Zoom images ban (2)

Nous ne vous ferons pas l’offense de vous faire croire que le Appel du devoir nouveau est arrivé. Avec Avant-garde, Jeux de marteau valide plutôt les acquis des derniers opus en date. Le statu quo est tel que les défauts et les qualités de cette mouture sont les mêmes qu’auparavant. Il y a bien de nouvelles idées originales qui agrémentent cette expérience que nous connaissons par cœur. Les développeurs ont d’ailleurs visé assez juste pour nous séduire, mais nous gardons à l’esprit que cet épisode s’annonce comme une version 2.0 de Cold War et Modern Warfare avec un peau La Seconde Guerre mondiale en prime.

Vous pouvez précommander Call of Duty: Vanguard à partir de 74,99 € sur Amazon.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *