elle se plaignait de harcèlement sexuel et d’intimidation


Officiellement, Ashley Gjøvik est accusée d’avoir fait fuiter des informations confidentielles. L’événement arrive après des mois de complaintes pour des problèmes de comportement au sein de l’entreprise californienne.

Pomme

Source : Sumudu Mohottige via Unsplash

Derrière les jolis arcs-en-ciel et scènes bucoliques des conférences d’Apple, comme celle attendue le 14 septembre, se cache une situation pas toujours très rose. Depuis plusieurs semaines, la marque s’est lancée dans une guerre interne contre les fuites de données confidentielles. L’objectif est de tenter d’arrêter que l’on sache tout d’un produit comme l’iPhone 13 avant même sa présentation officielle. Certains avancent même avoir des images à montrer de l’iPhone 14, c’est pour dire.

Après les menaces vient le temps des actes pour Apple. La firme a annoncé le renvoi de Ashley Gjøvik, gestionnaire de programme sénior, accusée d’avoir violé le règlement intérieur de la firme en publiant des informations confidentielles sur Apple. Le fabricant ne dévoile pas exactement les informations qu’Ashley Gjøvik aurait partagées avec l’extérieur de l’entreprise. Problème : Ashley Gjøvik est aussi l’une des têtes d’un mouvement interne de gronde concernant des problèmes de harcèlements.

Quand Apple veut garder les nudes d’une employée

Ce n’est pas la première fois que les relations internes à l’entreprise jaillissent dans l’actualité. Il y a quelques jours le mouvement #AppleToo prenait forme pour réunir les témoignages dénonçant de mauvaises pratiques au sein d’Apple. Depuis plusieurs mois, Ashley Gjøvik prend la parole sur Twitter pour dénoncer des problèmes à l’intérieur d’Apple. Depuis le mois de mars, on peut y lire ses différents témoignages, notamment lorsqu’elle rapporte que le service juridique d’Apple lui aurait demandé son smartphone pour des vérifications, sans lui laisser le temps de supprimer des données personnelles, incluant des photos de nue.

Alors, #Pomme a des photos de mes seins. Lors d’une découverte il y a 3 ans, la justice m’a obligé à remettre tous mes textes. Ils ont refusé de me laisser supprimer quoi que ce soit, même « entièrement personnel », même lorsque j’ai dit « par entièrement personnel, je veux dire des nus ». Ils ont dit qu’ils étaient dans leur “casier à preuves permanentes”

– Ashley M. Gjøvik (@ashleygjovik) 19 août 2021

Les choses se sont accélérées quand Ashley Gjøvik a reçu un mail du service RH d’Apple la convoquant pour un appel dans la journée même. On peut lire dans le mail publié sur Twitter qu’Apple souhaitait investiguer un problème de propriété intellectuelle, autrement dit une information confidentielle. Ashley Gjøvik a indiqué qu’elle souhaitait correspondre par écrit et transmettre les échanges au NLRB, l’autorité américaine en charge du droit du travail.

Ashley Gjøvik a été renvoyé par Apple quelques heures plus tard. Dans un communiqué envoyé à The Verge, la firme promet que « nous sommes et avons toujours été profondément engagés dans la création et le maintien d’un lieu de travail positif et inclusif. Nous prenons toutes les préoccupations au sérieux et nous menons une enquête approfondie chaque fois qu’un problème est soulevé. Par respect pour la vie privée des personnes concernées, nous ne discutons pas des questions spécifiques aux employés ». Mouais.

Espérons que les autorités compétentes pourront faire la lumière sur cette affaire.



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *