Attentats du 11 Septembre : drapeau américain devant l’Elysée, hommage d’Elizabeth II… l’émotion dans le monde 20 ans après


« Nous n’oublierons jamais ». C’est via un tweet et une vidéo qu’Emmanuel Macron a rendu hommage aux près de 3000 personnes décédées lors des attaques terroristes survenues au Etats-Unis le 11 septembre 2001. Dans ce message, rédigé en français et en anglais, on voit aussi le drapeau américain posé devant le perron de l’Elysée, pour montrer que comme il y a 20 ans, lorsque l’Amérique était frappée en plein cœur par le terrorisme, la France se tient une nouvelle fois au côté de son allié.

Même démarche de l’autre côté de la Manche, puisque ce samedi, la reine Elizabeth II a elle aussi rendu hommage aux victimes de ce drame. « Mes pensées et prières – et celles de ma famille et du pays tout entier – demeurent auprès des victimes, des survivants et des familles affectées, ainsi qu’auprès des premiers intervenants et des secouristes », a déclaré notamment la souveraine, dans un message adressé au président américain Joe Biden, présent à Ne York ce dimanche, où ont débuté en début d’après-midi en France, les cérémonies d’hommage.

L’émotion de la reine d’Angleterre

Désormais âgée de 95 ans, elle a également rendu « hommage à la résistance et à la détermination des communautés qui se sont unies pour reconstruire » après ces attaques, les plus meurtrières de l’Histoire avec quelque 3 000 morts, dont 67 Britanniques. L’hymne américain a aussi été joué lors de la relève de la garde au château de Windsor, à une quarantaine de kilomètres de Londres, où Elizabeth II s’était longuement retirée durant la pandémie.

Il y a vingt ans, il avait déjà retenti pendant la relève de la garde au palais de Buckingham, à Londres, lors d’une cérémonie en hommage aux victimes à laquelle avaient assisté de nombreux touristes américains en larmes. La reine Elizabeth II avait alors écourté ses vacances dans son château écossais de Balmoral pour assister, en tailleur de deuil et chapeautée de noir, à un office religieux en la cathédrale Saint-Paul, dans la capitale britannique, qui avait également débuté par l’hymne américain.

VIDÉO. 11 Septembre 2001 : l’hommage en lumière 20 ans après l’attentat

En 2010, elle s’était rendue à « ground zero », le site des attaques contre les tours jumelles du World Trade Center à New York, et avait rencontré des proches de victimes, avant d’inaugurer un mémorial à la mémoire des victimes britanniques. Cette visite reste « gravée dans (sa) mémoire », a-t-elle dit samedi.

Ailleurs dans le monde, les hommages sont aussi multipliés. A Bruxelles, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen a ainsi tweeté : « Le 11 septembre, nous nous souvenons de ceux qui ont perdu la vie et honorons ceux qui ont tout risqué pour les aider. Même dans les moments les plus sombres et les plus éprouvants, le meilleur de la nature humaine peut transparaître. L’UE se tient aux côtés des Etats-Unis pour défendre la liberté et la compassion contre la haine ».

« Notre monde semblaient ébranler »

En Italie, le président Sergio Matterella a exprimé la solidarité de son pays avec les Etats-Unis et ses autres alliés « pour contrer toute menace terroriste », quand le président suisse Guy Parmelin a souligné dans un tweet « le rejet incondionnel du terrorisme ». Ces attentats « ont changé la politique dans le monde entier et ont eu aussi un impact sur notre vie en Suisse. Affirmant le rejet inconditionnel du terrorisme partout et toujours, j’exprime ma solidarité à toutes ses victimes », a t-il écrit.

En Allemagne, le porte-parole de la chancelière Angela Merkel, Steffen Seibert, a rendu sobrement hommage aux victimes des attentats. « Aujourd’hui les attentats du 11 septembre aux Etats-Unis marquent leur vingtième anniversaire. Nous nous souvenons des victimes », a tweeté le porte-parole.

Plus prolixe, le Premier ministre australien Scott Morrison, a rendu hommage « aux 2.977 personnes qui ont perdu la vie ce jour-là ». « Le 11 Septembre nous rappelle que nous ne pouvons jamais considérer comme aquis notre paix, notre liberté et notre mode de vie », écrit M. Morrison, dans une lettre ouverte présentant ses « sincères condoléances » à « tout le peuple américain ». Il y a des « moments où des choses que nous pensions être sûres peuvent changer en un clin d’oeil et nous savons que rien ne sera plus comme avant », poursuit le dirigeant évoquant le « choc que nous avons ressenti alors que les fondations de notre monde semblaient ébranler. Le 11 septembre 2001 aux Etats-Unis a été un de ces jours ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *