Joe Biden appelle les Américains à l’unité


Le président américain, Joe Biden, et sa femme, Jill, arrivent à l’aéroport de LaGuardia, à New York, la veille de la commémoration du 11-Septembre.

Joe Biden a appelé les Américains à l’unité, « notre plus grande force », dans un message vidéo publié vendredi 10 septembre, à la veille de la commémoration des attentats du 11 septembre 2001.

Article réservé à nos abonnés Lire aussi 11-Septembre 2001-2021 : deux décennies dans le « brouillard de la guerre »

« C’est pour moi la leçon centrale du 11-Septembre. C’est que lorsque nous sommes les plus vulnérables (…). L’unité est notre plus grande force », déclare le président américain, filmé à la Maison Blanche, dans un message d’un peu plus de six minutes.

Le président s’y adresse directement aux victimes et à tous ceux qui ont perdu des proches. « Aux familles des 2 977 personnes venues de 90 pays qui ont été tuées le 11 septembre 2001 (…) et aux milliers qui ont été blessés, l’Amérique et le monde vous rendent hommage, à vous et aux êtres qui vous étaient chers. »

« L’unité est ce qui fait de nous ce que nous sommes »

Joe Biden salue aussi « tous ceux qui ont risqué et donné leurs vies dans les minutes, heures, mois et années qui ont suivi ». Au lendemain des attentats, « nous avons vu de l’héroïsme partout. Nous avons aussi vu quelque chose de trop rare : l’unité nationale. L’unité est ce qui fait de nous ce que nous sommes, l’Amérique à son meilleur », a-t-il affirmé.

Le président américain a aussi rappelé que les attentats ont fait ressurgir « le côté obscur de la nature humaine : la peur et la colère, le ressentiment et la violence envers les Américains musulmans, d’honnêtes fidèles d’une religion pacifique ».

Critiqué pour sa gestion du retrait des troupes en Afghanistan comme pour les décisions sanitaires qu’il vient de prendre pour lutter contre le Covid-19, le président a souhaité se montrer en rassembleur : « L’unité ne veut pas dire que nous devons tous croire la même chose, mais il est essentiel que nous nous respections, et que nous ayons foi les uns dans les autres. »

Article réservé à nos abonnés Lire aussi « Notre patience s’amenuise », lance Joe Biden aux 80 millions d’Américains non vaccinés

Le président et son épouse, Jill, se rendent, samedi, sur les trois lieux emblématiques des attentats du 11 septembre 2001 : à New York, puis sur le site du Pentagone, près de Washington, enfin à Shanksville, en Pennsylvanie, où s’était écrasé un avion détourné par des djihadistes.

Minutes de silence et hommages musicaux

Joe Biden présidera en silence l’hommage aux victimes depuis l’impressionnant mémorial de Manhattan, construit au pied de nouveaux gratte-ciel, à Ground Zero, où s’élevaient jadis les tours jumelles du World Trade Center.

A 8 h 46 samedi, l’heure où le premier avion piraté par cinq des dix-neuf djihadistes avait percuté la tour nord du World Trade Center, une minute de silence sera observée au mémorial.

Cinq autres minutes de silence et des hommages musicaux se succéderont jusqu’à 12 h 30 pour marquer les tragédies de ce funeste matin du mardi 11 septembre 2001 : pour le moment où un autre avion a percuté la tour sud du World Trade Center, l’effondrement des tours de New York, l’attaque contre le Pentagone et le crash à Shanksville.

Comme chaque 11 septembre depuis les attentats, trois heures durant, seront lus au mémorial de New York les noms des près de 3 000 morts. D’immenses faisceaux de lumière verticaux se dressent déjà depuis les deux grands bassins noirs qui ont remplacé la base des tours.

Sur Times Square, au cœur de Manhattan, le poumon économique de la première puissance mondiale, où sont traditionnellement fêtées les victoires de l’Amérique, un rassemblement et des moments de recueillement sont également prévus.

Lire aussi 11 septembre 2001 : le récit en vidéo des attentats les plus meurtriers de l’histoire

Le Monde avec AFP



Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *