l’invraisemblable mission suicide d’une pilote américaine pour éviter un carnage


publié le samedi 11 septembre 2021 à 14h38

Alors que les Etats-Unis commémorent les 20 ans des attentats du 11 septembre 2001, Le Parisien retrace l’histoire d’une pilote américaine, qui était chargée d’intercepter le quatrième avion détourné en lui rentrant dedans.

Ce 11 septembre 2021 est un jour sombre pour l’histoire des Etats-Unis. C’est un triste vingtième anniversaire des attentats qui ont bouleversé les Américains, mais aussi le monde entier.

À l’époque, relate Le Parisien, une pilote de 26 ans va se voir confier une tâche périlleuse, et logiquement mortelle. Heather Penney était stationnée sur la base américaine d’Andrews, près de Washington, la capitale américaine. Les autorités et forces militaires se rendent compte qu’un quatrième avion a été détourné par des terroristes, après les deux qui se sont écrasés dans les deux tours jumelles du World Trade Center et celui qui a heurté le Pentagone. Il convient alors d’agir vite, mais les avions ne sont pas armés, et aucun appareil à proximité n’est en capacité d’intervenir avec les moyens nécessaires.

Sauver l’Amérique

Il ne reste alors qu’une seule solution : donner l’ordre à Heather Penney d’intercepter l’avion qui semble se diriger vers Washington. Mais pour l’abattre, il n’y a qu’une seule possibilité, à savoir le percuter, afin d’éviter un véritable massacre. Sa mission, qui s’apparente à un suicide, est de viser l’arrière de l’appareil, quand le lieutenant-colonel Marc H. Sasseville, son instructeur, devra frapper la cabine de pilotage, rapporte Le Parisien. Et pour celle qui n’a pas une expérience notable, pas question de s’éjecter, par crainte de faire dévier l’avion.

Alors qu’elle part en chasse pour localiser l’avion détourné, elle ne le trouvera jamais. Les communications sont coupées et il vole en-dessous des radars. Entre temps, l’Amérique apprendra que les passagers se sont rebellés contre les terroristes, causant le crash de l’avion dans un champ de Pennsylvanie. “J’étais totalement concentrée sur la mission et sur le fait de ne pas tout foirer […]. Je n’ai pas l’impression d’avoir fait partie de cette histoire, mais plutôt d’en avoir été le témoin. On s’est levé pour regarder à la télé les images. Nous avons soudain compris qu’il fallait décoller pour défendre la capitale de notre nation”, a-t-elle témoigné, dans les colonnes du Parisien. Car, comme beaucoup, Heather Penney ne comprend qu’après le deuxième crash sur le World Trade Center que les événements ne sont pas accidentels.

20 ans de guerre en Afghanistan

Aujourd’hui, elle souhaite tout simplement remercier les passagers du vol United 93 pour leur acte héroïque. En ce jour noir, les Etats-Unis vont respecter une journée d’hommages, avec six minutes de silence, détaille franceinfo : deux pour les crashs sur les tours du World Trade Center, deux pour l’effondrement de ces dernières, et deux autres pour l’avion United 93 et l’autre, le vol American Airlines 77 qui a percuté le Pentagone. Ces commémorations interviennent dans un contexte politique et historique difficile, qui coïncide notamment avec le retrait américain, après 20 ans de présence en Afghanistan, que les Etats-Unis avaient envahi pour neutraliser Ben Laden, le chef d’Al-Qaida. Près de 3.000 personnes sont mortes dans les attentats du 11 septembre 2001.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *