Football à Alès : enfant du quartier, Sabri Belhabib lance l’Olympique Tamaris


Le promoteur sportif alésien Sabri Belhabib relance le club cher à son cœur. Avec l’Olympique Tamaris, il mise sur l’école de foot.

La trentaine tout juste passée, Sabri Belhabib réalise un rêve de gosse. Lui, le gamin du quartier, lance un club de football à Tamaris, là où il est né et où il a grandi. Le promoteur sportif, connu dans le Gard pour organiser des galas de boxe, vient de créer l’Olympique Tamaris. Voilà quatorze années que ce coin d’Alès avait vu disparaître son dernier club de foot, l’USTA, en 2008. “Ici, les anciens se souviendront du club des Métaux de Tamaris. Je crée ce nouveau club pour que ce quartier soit respecté. Je veux en faire une belle identité.”

Réputé pour endosser parfois un rôle de médiateur à Tamaris, Sabri Belhabib est un passionné de sport en général et de football en particulier. Il a, lui-même, joué dans le club de quartier jusqu’à sa dissolution en 2008. Dans le projet qu’il préside, il s’est entouré d’un ami de longue date, Krimo Korrich, qu’il a intronisé directeur sportif. “Un vrai passionné de football lui aussi, Sabri Belhabib a insisté. À ce jour, une quarantaine d’enfants ont déjà pris la licence et composent l’école de foot. Notre priorité, c’est la qualité, pas la quantité. On veut que les jeunes se sentent bien chez nous. Surtout, on veut leur inculquer des valeurs de respect, de fair-play. C’est la base, quitte à mettre des jeunes en retrait.”

On met aussi en place une aide aux devoirs avant les entraînements, avec un instituteur. C’est un projet global

L’Olympique Tamaris est décliné en six catégories à ce jour, des U6 aux U11. Quatre éducateurs diplômés encadrent les séances d’entraînement. “Mon souhait, c’est d’être club formateur, souligne Sabri Belhabib. On met aussi en place une aide aux devoirs avant les entraînements, avec un instituteur. C’est un projet global. Je veux faire de ce club un cocon familial. L’objectif, c’est aussi de monter en catégories, mais je ne veux pas griller les étapes.”

Après plusieurs mois de travail et de préparation, le président de ce nouveau club est presque ému lorsqu’il parle de cet aboutissement. Ce projet, il ne l’aurait pas monté ailleurs qu’à Tamaris. “C’est le cœur qui a parlé. Je le fais aussi en l’honneur de mon père, Kader, aujourd’hui décédé. Je lui ai promis que je remonterai un club à Tamaris.” C’est dire si Sabri Belhadid n’a pour d’autre projet que de réussir.

Les galas de boxe comme métier

Promoteur de galas de boxe, Sabri Belhabib donne rendez-vous le 9 octobre à 18 heures, dans la salle Pablo-Neruda de Nîmes, pour le prochain Box’in Night. La soirée sera diffusée sur RMC Sport. Le président de l’Olympique Tamaris espère aussi donner rendez-vous aux Alésiens en juin prochain, pour une soirée boxe aux arènes du Tempéras. Toujours parmi les projets de Sabri Belhabib, celui d’ouvrir, l’an prochain, un club de boxe dans sa ville natale…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *