Twitch poursuit en justice les responsables de « raids haineux »


C’est une stratégie encore rare pour les grandes plates-formes du numérique dans leur lutte contre les contenus haineux. Twitch, site de streaming appartenant à Amazon, poursuit en justice deux internautes soupçonnés de mener des « raids » contre plusieurs créateurs sur la plate-forme, publiant notamment des messages haineux en masse.

Dans une plainte, datée du 9 septembre, l’entreprise cite deux internautes, identifiés par les pseudonymes « CruzzControl » et « CreatineOverdose », et résidant respectivement, selon Twitch, aux Pays-Bas et en Autriche. Ces deux suspects sont accusés d’avoir, à partir du mois d’août, « commencé à inonder les streameurs de Twitch de contenus haineux », explique la plainte.

« Les accusés attaquent ces streameurs en inondant leur tchat avec des comptes Twitch gérés par des bots et proférant des propos racistes, sexistes et homophobes », poursuit le document judiciaire, qui explique que les victimes de ces raids étaient parfois des streameurs « s’identifiant comme des minorités raciales ou des membres de la communauté LGBTQ+ ». En plus de propos et contenus haineux, les deux internautes sont également accusés d’avoir envoyé des liens redirigeant vers des photos et des vidéos choquantes.

Lire aussi Twitch : neuf questions pour tout comprendre à la plate-forme de diffusion de vidéos en direct

« Des dizaines de messages par minute »

Lorsqu’un internaute fait une diffusion en direct sur Twitch, il dispose d’outils pour modérer le tchat, bannir les spectateurs qui tiennent des propos inappropriés ou interdire certains termes, le plus souvent en confiant des pouvoirs de modération à des spectateurs habituels de confiance. Mais certains utilisateurs contournent ces protections en créant de très nombreux comptes gérés par des bots et publiant automatiquement des messages haineux, générant des volumes de messages si importants que leur modération devient impossible. C’est ce qu’il s’est passé ici, selon Twitch, qui explique que les deux accusés parvenaient à « envoyer jusqu’à des dizaines de messages par minute, dépassant souvent la capacité du streamer à modérer son tchat ». Selon la plainte, l’internaute identifié sous le pseudonyme de « CruzzControl » a été relié à plus de 3 000 comptes gérés par des bots sur Twitch.

Les deux suspects cités dans la plainte ont, selon l’entreprise, contourné les mesures prises par le site, et ont constamment recréé des comptes sur la plate-forme à mesure que les précédents étaient modérés et supprimés.

La plate-forme Twitch est régulièrement accusée de ne pas agir suffisamment contre les comportements haineux de certains utilisateurs, et ciblant notamment les créateurs et créatrices victimes de racisme, de sexisme, d’homophobie, de transphobie, etc. Le 1est septembre, des streameurs ont organisé une journée de grève, appelée #ADayOffTwitch (« Un jour sans Twitch »), choisissant de ne pas utiliser la plate-forme pendant vingt-quatre heures pour dénoncer la montée des comportements haineux et demander des outils supplémentaires pour lutter contre le phénomène.

En décembre 2020, Twitch avait annoncé un durcissement de sa politique de modération, interdisant notamment l’utilisation de certains termes dans le tchat, ou certains symboles comme le drapeau confédéré.

Lire aussi Twitch durcit sa politique contre le harcèlement

Le Monde

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *